LA CAMPAGNE A VELO (10) – Le Père Noël est une bordure

Posted on 2 décembre 2011

0



La même course, tous les 5 ans. Des chutes, des abandons de favoris. Des outsiders qui peuvent surprendre. Des alliances qui auront de l’importance. Des petites équipes qui mettent des hommes à l’avant pour essayer de se faire connaître. Une arrivée en côte, avec un premier sommet à 14 km de l’arrivée. Seuls les deux leaders en haut du col se disputeront la victoire finale. D’ici là, ça frotte dans le peloton, les mauvais coups pleuvent et font couler une encre que la Serviette se propose d’éponger…

Le Père Noël est une bordure

Le bleu drague le bleu marine. Le rose, qui a déjà pactisé avec le vert, fait des mamours à l’orange. Des flashs du maillot de la Mapei me reviennent rien qu’à évoquer ce mélange de couleurs à vomir. Et même s’il n’y a plus de vert solitaire, le rouge qui pique ne rassure pas mon estomac.

Le peloton des candidats roule à pleine vitesse. Une bonne dizaine de Jean-René Bernaudeau cherchent des sponsors pour être parrainés et pouvoir prendre part à la course. Un ex-ministre de la Défense joue les Jacky Durand et part du centre de la route en solitaire, tandis que les équipes bleu du champion sortant et rose du principal outsider cherchent à occuper toute la largeur de la chaussée, à l’instar d’une voiture de France Télévisions.

Cette fois-ci, ce n’est pas Johnny Hoogerland mais l’immigré qui goûte au barbelé, poussé vers l’extérieur par une ordure de l’intérieur de la chaussée, maillot bleu sur le dos, qui, transpirant de racisme, sue et vire au bleu marine.

Discret, son ami le champion sortant voit sa cote remonter. Le vent tourne, et les mouvements dans le peloton devraient laisser certains candidats à terre. Entre novembre et décembre 2011, le passage du mois pourrait être aussi dangereux que le passage du Gois en juillet 1999. Alex Zülle y perdait 6 minutes et le Tour de France.

Des chutes à prévoir donc, ou au mieux, un mauvais coup de bordure, comme dans le Tour 2007 où Christophe Moreau se faisait lamentablement piéger.

C’est le pronostic en ce mois de décembre de Thierry Lhermitte, fan de vélo devant l’Eternel. Pour lui, le Père Noël est une bordure.

Gaetn Gorn - Jante damoiseau corrézien. Porte-Serviette à Doha (pour la suppression du dossard 109 car il favorise les transfusions homologues)


A lire ou relire :

L’épisode 1 : « Un premier maillot distinctif attribué »

L’épisode 2 : «L’équipier modèle »

L’épisode 3 : «Maillot blanc, source de convoitise »

L’épisode 4 : «L’équipe rose a son leader ! »

L’épisode 5 : «Le champion sortant change de braquet »

L’épisode 6 : «Les compagnes à vélo et autres nouvelles hebdomadaires»

L’épisode 7 :  « Feu le maillot vert »

L’épisode 8 : « L’heure des alliances »

L’épisode 9 : « Tic et Tac sont patraques »


Annexe - Charte inutile de bonne conduite

1. La campagne à vélo est une fiction, ne serait-ce que par respect pour le vélo de certains candidats.

2. Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement volontaire.

3. Par peur de représailles – la Serviette a un compte en Suisse – ces personnes ne seront jamais nommées sauf dans les points 4 et 5 de la charte.

4. Le mot « monocle » est proscrit dans tous les écrits de la campagne à vélo, en hommage à feu Jean-Marie le Pen.

5. Apparemment, Jean-Marie le Pen serait encore vivant. En blonde.


Photos : flickr/sarflondondunc (licence Creative Commons)

About these ads