JO PARIS 2012 – Cyclisme sur route : l’éclair de génie de Chavanel (2)

Posted on 28 juillet 2012

0


[FICTION] Les JO de Paris 2012 sont lancés. Première épreuve majeure, le cyclisme sur route. 268 kilomètres à parcourir, de la Tour Eiffel au Château de Versailles. Et cet après-midi, Sylvain Chavanel est rentré dans l’histoire en offrant à la France sa première médaille d’or*. 

C’était écrit. Malgré les deux raidards de la Vallée de Chevreuse et les 268 kilomètres de cette épreuve de cyclisme sur route, personne ne devait vaincre les sprinters. Comme d’habitude, des courageux devaient partir devant. La Grande-Bretagne les rattraper à 10 kilomètres de l’arrivée. Et Mark Cavendish récolter l’or. Mais à l’image du Tour de France 2012 et la victoire surprise de Jonathan Tiernan-Locke, le cyclisme est imprévisible.

11h30. Le peloton s’élance lentement sous la Tour Eiffel. Le coup tenté dès la sortie de Meudon par le Namibien barbu Dan Craven, le Letton Gatis Smukulis et le Bolivien Bayron Guama de la Cruz ne tient le choc que quelques bornes. Alors que le soleil est à son zénith, c’est une bande de seize qui émerge du peloton. Parmi eux, le double vainqueur du Giro Riccardo Ricco et le Français Julien Absalon. L’ancien vététiste est chargé par le sélectionneur Frédéric Guesdon de servir de point d’appui à une éventuelle attaque tricolore. Les échappés collaborent sous les arbres des Yvelines, personne ne bouge de l’après-midi.

Cavendish piégé

A la pointe du peloton, Allemands, Australiens et Britanniques grignotent petit à petit l’avance des fuyards. 2 minutes à 33 kilomètres de l’arrivée. 1 minute à 23 kilomètres. 30 secondes à 19 kilomètres. La belle unité du groupe d’échappés se désagrège à l’approche du peloton. Tout le monde est repris alors que la cloche du dernier tour retentit devant le château de Versailles. Le ciel se couvre.

Gif-sur-Yvette, 14 kilomètres de l’arrivée. Ca frotte : Mark Cavendish tombe. Il n’a rien. Palabres, hésitations, la quinte du Cav’, comme on surnomme l’équipe de Grande-Bretagne, peine à le ramener, puis à remettre un semblant d’ordre dans le peloton. Les coups fusent : George Hincapie, Bernard Kohl, Fabian Cancellara, Romain Sicard, Tom Boonen tentent chacun leur chance, mais ne s’entendent pas.

Mimosa opportuniste

Dans la dernière montée avant le château de Versailles, trois hommes giclent du peloton. Le champion olympique sortant Alexandre Vinokourov, l’Espagnol Alejandro Valverde et le Français Sylvain Chavanel. Trois kilomètres, entrée dans Versailles, faux-plat montant : Vino et Valverde s’observent, Mimosa démarre. Chavanel est désormais seul. Ses deux adversaires sont repris par le duo Britannique Ian Stannard – Bradley Wiggins, qui étire le peloton dans sa tentative de ramener Cavendish à bon port.  Sous le ciel noir de l’avenue de Paris, le Français donne tout : la vague du peloton semble prête à le submerger.

Un éclair zèbre le ciel derrière Sylvain Chavanel, sourire énigmatique, bras levés, alors qu’il franchit la ligne avec une dizaine de mètres d’avance sur les sprinters. Un photographe d’AP capture l’instant : la photo sera demain à la Une de "L’Equipe".

  • Or : Sylvain Chavanel (FRA)
  • Argent : Yauheni Hutarovich (BIE)
  • Bronze : Matthew Goss (AUS)

De notre envoyé spécial à Versailles (Yvelines)

A lire : 

- La cérémonie d’ouverture 

Photo : Flickr/Laurie Beylier

*Ceci est une fiction basée sur la candidature parisienne à l’organisation des Jeux Olympiques de 2012. Les personnes citées ne sont pas responsables de leurs actes dans le cadre de la rubrique "Jo Paris 2012".

About these ads
Posted in: JO Paris 2012