LA CAMPAGNE A VELO (12) – Coup de fringale

Posted on 17 décembre 2011

0


La même course, tous les 5 ans. Des chutes, des abandons de favoris. Des outsiders qui peuvent surprendre. Des alliances qui auront de l’importance. Des petites équipes qui mettent des hommes à l’avant pour essayer de se faire connaître. Une arrivée en côte, avec un premier sommet à 14 km de l’arrivée. Seuls les deux leaders en haut du col se disputeront la victoire finale. D’ici là, ça frotte dans le peloton, les mauvais coups pleuvent et font couler une encre que la Serviette se propose d’éponger…

Coup de fringale

On ne l’attendait plus. Libération, innocent pasticheur de la Campagne à vélo, évoque une attaque surprise. Celle de l’orgueil. De l’ancien prétendant vexé. Villepin, tel un Contador battu mais offensif au début de la 19ème étape du dernier Tour de France. Esseulé. Un baroud d’honneur, pour le panache. Un panache sans fumée, les sondages décollent aussi peu que Jan Ullrich de sa selle sur des pentes à 18 %.

Ullrich, c’était Telekom, et Contador, dix ans après, dans le Télégraphe. Le débat, on savait, mais désormais, même la technologie régresse.

On ne l’attendait plus. Le sympathique candidat du centre, maillot orange, le Pyrénéen. Certes, on approche des Fêtes et les oranges et les Pyrénéens sont à la mode. Mais, glouton, il se permet d’avaler l’embûche de Noël, de faire fi des critiques, de souligner que lorsqu’on lui promet la croix et la Bagnères, ça lui rappelle sa grand-mère et qu’il se sent chez lui.

On ne l’attendait plus. Le suspense. On se dirigeait vers un duel et voilà ces nouveaux prétendants, tout ce monde qui essaie de se placer, de remonter vers l’avant… Bientôt Noël, pas de cadeaux mais ça sent bon l’emballage dans le sprint final.

On ne sait trop où se placer dans la chaussée. Les protagonistes des deux premiers paragraphes lancent des attaques plein centre, veulent brasser large, et redistribuent les cartes. Du coup, à droite, on glisse vers une extrême droite, qui, maillot bleu marine sur le dos, se réfugie chez une extrême gauche convoitée par une gauche qui n’a nulle part où aller et perd logiquement de la place. Ça ratisse large, ça frotte, pour peu qu’il y ait des étrangers dans les parages – le Belge Nelissen en 1994 à Armentières – des favoris français pourraient – Jalabert à l’époque – se retrouver à terre.

Que l’accident du favori se produise en Nord-Pas de Calais, maillot rose sur le dos, devrait inciter certains au moins à la prudence, au mieux au ménage.

Tour de France 94 – Lourde chute de Jalabert à Armentières :

On ne l’attendait plus. Cet ancien champion aujourd’hui sénile, vieux, usé, fatigué, rattrapé par les affaires, condamné, qui n’a plus la force de contre-attaquer. Autrefois coup fringuant, désormais coup de fringale.

Chez lui, l’emploi du mot « vélo » a toujours été fictif. Inversez les voyelles, tout redevient réel.

Gaetn Gorn – Jante damoiseau corrézien. Porte-Serviette à Doha (pour la suppression du dossard 109 car il favorise les transfusions homologues)


A lire ou relire :

L’épisode 1 : « Un premier maillot distinctif attribué »

L’épisode 2 : «L’équipier modèle »

L’épisode 3 : «Maillot blanc, source de convoitise »

L’épisode 4 : «L’équipe rose a son leader ! »

L’épisode 5 : «Le champion sortant change de braquet »

L’épisode 6 : «Les compagnes à vélo et autres nouvelles hebdomadaires»

L’épisode 7 :  « Feu le maillot vert »

L’épisode 8 : « L’heure des alliances »

L’épisode 9 : « Tic et Tac sont patraques »

L’épisode 10 : « Le Père Noël est une bordure »

L’épisode 11 : « In Vino Veritas »


Annexe – Charte inutile de bonne conduite

1. La campagne à vélo est une fiction, ne serait-ce que par respect pour le vélo de certains candidats.

2. Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement volontaire.

3. Par peur de représailles – la Serviette a un compte en Suisse – ces personnes ne seront jamais nommées sauf dans les points 4 et 5 de la charte.

4. Le mot « monocle » est proscrit dans tous les écrits de la campagne à vélo, en hommage à feu Jean-Marie le Pen.

5. Apparemment, Jean-Marie le Pen serait encore vivant. En blonde.


Photos : flickr/ (licence Creative Commons)

Publicités