JO PARIS 2012 – Athlétisme (100m) : Bolt foudroyé (5)

Posted on 5 août 2012

0


[FICTION] Christophe Lemaître gravement blessé, Yohan Blake disqualifié pour faux départ, Justin Gatlin convaincu de dopage la veille de la course, Usain Bolt devait marquer l’histoire du 100 m dimanche soir au Stade de France. Mais le Jamaïcain a pris la foudre du Trinidadien Keston Bledman, vainqueur en 9″56.*

20h44, dimanche soir, Keston Bledman à genoux, sa tête mise en abyme dans le grand écran qu’il regarde, incrédule.

Suivront les photos pour l’histoire, Bledman allongé, pouces levés, devant l’écran lumineux 9″56 WR. On en oublierait les 9″61 de Bolt, médaille d’argent, le bronze pour Tyson Gay en 9″82, le nouveau record de France de Jimmy Vicaut, « la Chips », en 9″89, seulement cinquième.

Une minute plus tôt, le Stade de France, muet, choqué. Yohan Blake, torse nu, dos à la piste, arrache le n°4 sur sa cuisse gauche. Il a devancé le starter. Il ne partira jamais. On revoit un autre Jamaïcain, Usain Bolt, l’an dernier aux championnats du monde de Daegu. Départs volés, espoirs envolés.


Couloir 4, Blake out.
Couloir 8, le Français Jimmy Vicaut ne laisse rien transparaître.
Couloir 6, l’Américain Tyson Gay sourit.
Couloir 5, Usain Bolt lache un « I’m the boss ».
A leurs marques, prêts, partez.
Pas de faux départ, celui de Bolt est lent, Gay a jailli, Vicaut aussi.

Une flèche est partie couloir 1. Au Stade de France, on est habitué.

En 2003, championnats du monde, Kim Collins, de Saint Kitts et Nevis, remportait un 100m devant le Trinidadien Darrell Brown.

En 2003, Patrick Montel, « M. Athlétisme » sur France Télévisions, n’avait rien vu jusqu’à la ligne d’arrivée.

Dimanche soir, pendant 9 secondes et quelques, Montel n’a eu que Bolt à la bouche. « Bolt, Usain Bolt, il va marquer l’histoire, Usain Bolt sur le toit du monde, attention le chrono, 9″56 record du monde !!!

Comme en 2003 où il avait susurré, la course achevée, le nom de Kim Collins, son acolyte Bernard Faure souffle un « Bledman » une fois le chronomètre figé, un « Bledman » qui eut été inaudible sans l’aphonie heureuse et passagère d’un Montel en transe et privé d’air.

Maillot rouge et noir, Keston Bledman n’en revient pas. 9″56, trois dixièmes de moins que son record personnel réalisé lors des sélections olympiques, record qui faisait de lui le cinquième meilleur performeur de l’année. Le vent est le même, +1,4 m/s. Record homologué.

On lui jette un drapeau de son pays, Trinidad et Tobago. Il n’ose le ramasser, regarde à genoux en face de lui le grand écran. Usain Bolt arrive souriant, mime un geste d’adoubement, lâche un « You are the Boss ».

La foudre a choisi son successeur. La course ne pouvait rester sans maître.

  • Or : Keston Bledman (TTO)
  • Argent : Usain Bolt (JAM)
  • Bronze : Tyson Gay (USA)

De notre envoyé spécial au Stade de France (Seine-Saint-Denis)

A lire :

La cérémonie d’ouverture (1)

L’exploit de Chavanel (2)

L’étonnante reconversion de Raquil et Djhone (3)

Lemaître blessé, Gatlin dopé, double forfait (4)

*Ceci est une fiction basée sur la candidature parisienne à l’organisation des Jeux olympiques de 2012. Les personnes citées ne sont pas responsables de leurs actes dans le cadre de la rubrique “JO Paris 2012″.

Publicités
Posted in: JO Paris 2012